History of Japan, from its origins to the medieval period

History of Japan, from its origins to the medieval period


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Japan. One of the first images that comes to mind when reading this word is the image of a samurai. The feudal period, the era of civil wars, is one of the periods that most intrigued, that most marked memories. But all of the above is shadowed. How did Japan become a feudal empire that has fired the imagination since the end of the 19th century? Let's dive together into Japanese Antiquity, from prehistoric times to the establishment of imperial power.

At the dawn of time ... the Jomôn era (-14000 / -300)

According to legend, the Japanese imperial line is of divine origin, descended from Amaterasu, the Shinto sun goddess; it reigns by divine right. But in fact, the Empire in its infancy was imperial only in name.

The first traces of human presence in Japan date from around 14,000 years before our era, but the archipelago does not really begin to organize itself until -300. At the time, Japan was mainly populated by peasants and fishermen, organized in semi-nomadic villages, moving with the seasons. These inhabitants of the Jomôn era practice fishing, hunting, and rudimentary forms of agriculture which earned them the nickname of the civilization of market gardeners.

Money does not yet exist, but handicrafts are beginning to be made, including jade daggers, as well as pottery and objects assembled from seashells. Elaborate pottery, called Dogû, has been found dating from the late period of the Jomôn era, around -400. These are the earliest Japanese art forms in history.

No Buddhism at the time, but various shamanistic practices Shamans are reputed to have the power to communicate with the spiritual world, to read the future. They attract the blessing of spirits, pray for good crops, and ward off disasters and evil entities.

Japan and China ... The Yayoi era (-300/300)

The Yayoi era, which begins in 300 BCE, marks a radical transformation of Japanese civilization. It is the appearance of metalworking, the first contacts with China, the political organization and the appearance of Shintoism. These innovations were made by the Yayoi, who landed in the north of Kyûshu, the southernmost island of the four islands of the Japanese archipelago.

The first metal objects are made in Japan around -100, but the raw materials used came from the mainland, probably Korea. In fact, it was contacts with the Chinese and Koreans that introduced both bronze and iron work to Japan. This unprecedented innovation began in the north of the island of Kyûshû, and spread rapidly. The iron tools find an agricultural use, the culture of rice develops, fixing the peasants to their fields and settling the villages. It is also the sedentarization that allowed the establishment of this system. Landowners accumulate wealth, their children inherit it, and the family gained influence. They gradually became the equivalent of feudal lords, levying taxes, and performing justice and rites. This was the appearance of the first clans. Moreover, the political role of this noble class is reinforced by its religious role. They are the only ones able to handle sacred objects, and the only ones able to come into contact with the spiritual world, the only ones to know the precise unfolding of religious ceremonies. The resulting prestige reinforces their leadership role. Bronze, less useful than iron for agricultural work, becomes a symbolic metal used during rituals, which took a very important place in the political system of the time.

The ancient shamanist traditions of the Jomôn era do not disappear with the Yayoi era. They merge with each other to become a religion difficult to categorize, part animist, part polytheist, the Shinto religion, still today the most important in Japan. The guiding principle of Shinto is the existence of "6 million gods", the kamis (or spirit), living at the heart of everything, representing every element of nature. For example, one of the most revered kami was Inarimyojin, the fox god, in charge, in particular, of the crops. It was to him that prayers were directed for a bountiful harvest. Shinto is also centered around the concept of purity. We must regularly cleanse ourselves of our impurities (kegara), under penalty of attracting misfortune and bad luck on ourselves and those around them, through prayer and certain ceremonies. This Shinto religion is rooted in the earliest beliefs of Japan; it is therefore at the origin of founding myths, such as the creation of Japan by Izanami and Izanagi.

It is through Chinese texts that the Japanese, then called Wa, made their entry into written history. The beginning of the Empire would date from this period, it would have been created during the 3rd century by the legendary Empress Himiko of Yamataitoku, both temporal chief and high priestess (once again, the spiritual and temporal powers merge). However, the existence of this empress and her influence on the Yamato regime (which will give its name to the famous battleship Yamato) which appeared later is not confirmed.

The Emerging Empire ... the Kofun Era (300/538)

Towards the end of the 3rd century, what would become the imperial house gradually appeared: the court of Yamato. The clans of the Bizen region, on the shores of the Inland Sea, are gaining in power to the point of establishing their domination over southern Honshû, and part of northern Kyûshû. The Soga, Katsuraki, Heguri and Koze clans are dominant and later joined by the Kibi clans of Izumo (further north west), Otomo, Mononobe, Nakatomi and Inbe. Each of these clans retain leadership over their region (kuni), but unite with the others under the leadership of the Yamato court. The Soga, Mononobe and Otomo are particularly influential. Each one claims to be of imperial and / or divine lineage. The Katsuraki, initially the most powerful, had to give way to the Otomo, who recommended Emperor Keitai during a succession dispute at the end of the 5th century.

The Yamato court developed its own administration, and we saw the emergence of positions such as that of Minister of the Treasury. On the other hand, if the Emperor leaves the clans relatively autonomous on their lands, his power is absolute, and even the chiefs of clans must submit to his will. However, in practice, one clan was often more influential than the others, usually through marital alliances with the Emperor's family.

The aristocracy, made up of the members of the clans under the leadership of their patriarch, was awarded the first hereditary titles of nobility. Advanced military techniques such as cavalry are emerging. The use of swords also dates from this period.

The Yamato court becomes the privileged interlocutor of the Korean kingdoms and the Middle Empire. Towards the end of the 5th century, the emperor of Wa (Japanese) begins to pay tribute to the emperor of China, in exchange for which the latter recognizes him as sovereign.

Many Chinese and Koreans emigrate to the archipelago, sometimes forming entire clans, like the Hata clan, made up of Chinese descending from the Qin dynasty, or the Takamuko clan. The Korean princes are sent as hostages to the Japanese court, in exchange for the latter's military support against the Manchu tribes.

This massive influx of population will have unforeseen consequences, the most important of which will upset Japanese traditions, by introducing Buddhism to the soil of the archipelago.

As the Yamato era draws to a close, Japan is a well-established empire, recognized by its neighbors, despite a totally different culture and political system based on Shinto traditions. But it is after the arrival of Buddhism, and the reforms that will follow, that Japan will truly enter its imperial period, which will begin with the Asuka era ...

Born during the 5th century, the court of Yamato will, over the next six centuries, gradually become the Japanese imperial court, powerful, respected by its neighbors, and uncontested in its own territory. It begins with the successive waves of reforms of the 6th and 7th centuries, which will revolutionize the way of governing the country. During this imperial period, the arts, cultural and spiritual traditions, and even the writing system developed, while conflicts remained marginal, sporadic, and small in scale. Without hesitation, these six centuries arethe Golden Age of the Empire of the Rising Sun, which will also gain during this period, the name of Japan (Nihon). But such a powerful Empire could not have been maintained without a wave of reforms, which mark the transition between the rise of the emperor and the consolidation of his power.

The reforms of Shotoku Taishi (587-628)

At the beginning of the 6th century, the Yamato court was the scene of intense political intrigue. Little by little, the Soga clan, thanks to marriage with the imperial family, manages to impose itself, pushing aside the Katsuraki, Heguri and Koze clans, and especially to the detriment of the Mononobe and Nakatomi clans, who contested the establishment of Buddhism. But we will come back to that. The Soga clan, in 587, is powerful enough to allow its leader, Soga no Umako, to install his nephew on the throne, and to rule through this man (rather child) of straw, with the help of the prince regent. Shotoku Taishi (574-622). Subsequently, the emperor, showing too much desire for independence, was assassinated and replaced by the Empress Suiko (593-628). Shotoku Taishi was the first to introduce reform.

A pious Buddhist, and a great connoisseur of Chinese literature, he will be inspired by the Confucian principles which govern the government of the Middle Empire, to apply them to Japanese reality. The concept of Mandate from Heaven, whereby the Emperor derives his power from divine right, and reigns according to the will of the heavens, is introduced by Shotoku Taishi. In addition, he wrote a constitution of seventeen articles, highlighting in particular the value of harmony, the teaching of the Buddha, the absolute priority of the imperial orders over all other considerations, and praising the Confucian virtues of dedication. and obedience. This "constitution", a term that is debated since it does not really lay the institutional foundations of the state, but rather its guiding principles, in moral and spiritual terms, is accompanied by a revolution in the system of ranks and of etiquette, which, as laughable as it seems from the outside, is of major importance in a very ritualized political system.

To complete the "sinization" of Japan, Buddhist temples are built, the Chinese calendar adopted, and a new administrative unit inspired by the Chinese model comes into force, the Gokishichido (5 cities, 7 roads) (is it c it is too much to explain a little more, because here I am left on my hunger, unless I go elsewhere). Students, and diplomatic missions are sent to China, then under the domination of the Tang dynasty. However, although the relations are more followed and intense, especially on the cultural level, than during the Kofûn period, it is also at this time that the rivalry between China and Japan develops. Indeed, the messages of the Emperor of the Rising Sun to the Emperor of the Middle are now sent on an equal footing, Japan no longer considering itself a vassal of its Chinese neighbor.

When Shotoku Taishi and Soga no Umako died, leaving the Soga clan to pull the strings of an Empire, Chinese culture permeated Japanese customs and politics. Viewed with suspicion by the people, especially Buddhist rites, these traditions from elsewhere would nevertheless become an important part of the unique culture developed by Japan over the centuries that followed.

Taika reforms

The Soga clan despite its period of success, did not survive the death of Shotoku Taishi for long. In the year 645, the intrigues of palaces lead to a coup d'etat intended to put an end to the stranglehold of the Soga on the power. Led by Naka no Oe and Nakatomi no Kamatari (Clan which will become on this occasion the Fujiwara clan), this revolt called the Isshi incident, marks the beginning of the Taika reforms, which means "Great Change".

First of all, the lands are confiscated by the central power, insofar as their control is no longer hereditary. With each generation, the land is handed over to the imperial administration, which is responsible for redistributing it. Of course, this means that a family losing Imperial favor can be wiped out with the snap of a finger. In the same way, the hereditary titles of the heads of clans are also deprived of hereditary transmission. Then, taxes on crops, silk, fabrics, cotton are raised to finance the extension of the administration while a chore allowing the creation of a militia and the construction of public buildings is put in place. . Finally, the division into Gokishichido is abolished, the country is divided into provinces, led by governors responding only to the imperial administration. Districts and cantons are created, so as to have even more in-depth control over the administration of the country.

In addition, the Emperor and those who support him, foremost among them the Kamatari, are working to establish the ritsuryo. It is a set of penal and administrative rules. The ritsuryo was written in several stages: the Ômi code, the first version, was completed in 668, the Asuka Kiyomihara code in 689, and the most recent version, the Taihô code, completed in 701, and remained in application, except for a few details, until 1868. The penal code is close to a Confucian code, preferring light punishments to heavy penalties. The administrative code establishes the Jingi-kan, an organ dedicated to court rituals and Shinto traditions, and the Daijo-kan, creates the eight ministries of central administrations, ceremonies, the imperial house, civil affairs, justice , the army, the affairs of the people, and the treasury. This very effective tool strengthens the capacity of the imperial house to rule the country, helping to stabilize its power.

The upheaval of the spiritual

Buddhism was probably introduced to Japan via immigration from the Korean Peninsula. During the 6th century, relations between the court of Yamato and the Korean kingdoms were close, especially after the Japanese intervention to support the kingdom of Baekje against the Manchu invaders. In 538, the first delegation was sent to Japanese soil to spread the Buddhist faith. Quickly adopted by the Soga clan, and consequently transmitted to the whole aristocracy, Buddhism was first rejected by the people, supported by the Nakatomi and Mononobe clans.

However, as Buddhist traditions gain ground, Shinto traditions are receding. The burials called “kofûn”, a kind of lock-shaped tumulus, are prohibited by imperial decree. The consumption of meat such as horses, birds or dogs is also prohibited.
Moreover, Buddhism was not the only philosophy to make its way to the archipelago. In the middle of the 7th century, the first Japanese Taoist monastery was built on Mount Tonomine. Some imperial burials will take the octagonal shape, which symbolizes the universal order according to Taoism, proof of the solidity of this establishment.

As the Asuka period draws to a close, the empire is firmly established, clans and people alike are attached to it, the political scene is calm, and no conflict is tearing the archipelago apart. This prosperity is such that the Japanese Empire considers itself the equal of the Middle Empire. A real cultural flourishing is about to occur in what is now known as the Empire of the Rising Sun.

The Nara era begins with the establishment, in AD 710, of the first permanent capital of Japan, in the city of Nara, in the center of the country. The reforms of the Asuka era led to the development of an imperial bureaucracy, which also settled in Nara. Quickly, the city became the first Japanese urban center, with a population of 200,000 people.

Cultural spring and political autumn

This urbanization, which brings together thinkers and artists from all over the country, will allow a real cultural explosion, during which the Chinese culture imported with Buddhism declines, and this despite the fact that the capital is built according to the same plan as the capital. Chinese of the Tang Dynasty, and is replaced by an original Japanese culture. At the same time, however, the permanence of the imperial court will multiply palace intrigues and power struggles, and while the Nara and Heian eras are synonymous with cultural spring for Japan, they are also inseparable from the decline of imperial power. and the first clan wars.

Development of Japanese arts and culture

The first indication of cultural renewal is the abandonment from 710 of the titles and court clothes of the Chinese tradition. The criteria of beauty evolve, and men and women of the aristocracy powder their faces, to whiten their skin, and blacken their teeth. Men get into the habit of wearing a thin mustache, while women paint their lips in scarlet, all in an effort to come closer to the divine "perfection" described in legends on the Shinto pantheon. The first intricate court dresses also appeared. Called "junihitoe", they consisted of several layers of fabric, arranged in a complex code according to the season and the sacred festivals.

On the artistic level, the major development of these two eras was undoubtedly literary. Although Chinese remains the language of the court, the appearance of "kanas" these characters intended to express nuances, typically Japanese, allowed an explosion of literature. The first major works appear at the beginning of the Nara era, with the Kojiki (712) and the Nihon Shoki (724), the first imperial chronicles. Later, works of fiction, such as the famous Tale of Genji, the first Japanese novel, and The Pillow Book, by Sei Shonagon, one of the first female authors, were written. Poetry also experienced an impressive development. Japanese poems, called waka, flourished everywhere during this time, because being a poet was the mark of an enlightened and serene mind. Fujiwara no Teika, Murasaki Shikibu, Saigyo, so many famous poets.
To make quite clear the significance of the literary creations of the time, the present national anthem of Japan, the Kimi Ga Yo, was written during the beginning of the Heian era, around 800.

Buddhism in the Empire of the Rising Sun

If Chinese traditions are falling into disuse, the court of the Tang dynasty being considered decadent, this is not the case with Buddhism, which was imported from China. Well established in the archipelago, the Buddhist clergy rather embarked on a frantic process of adaptation to Japanese reality. Very close to the emperors and empresses of Nara, this will not go without causing some problems.

At the start of the Nara era, Buddhism was on the rise. A huge monastic complex, the Todaiji temple, was built at the beginning of the era, with a huge bronze Buddha statue in its center, called Daibutsu, which measured more than 16 meters high. Assimilated to the representation of the Sun Goddess, Amaterasu, this statue made the synthesis between Buddhism from the continent and the older traditions of Shintoism, born in Japan. It is still visible in Nara, and is still today a monument much appreciated by both Japanese and foreign tourists. Provincial temples were established, called kokubunji, in order to extend the influence of Buddhism to rural areas, where Shintoism was still well established.

The oldest monasteries in the archipelago also date from this period, such as the great monastery of Mount Hiei, built by the Tendai Buddhist movement, close to the emperor, and basing its doctrine on the Lotus Sutra. Cultural achievements and works of art from all over the Buddhist world found their way to Japan, especially to the Shoso-in temple, which archived sacred texts from as far away as the first caravanserai of Central Asia, on the Silk Road. Moreover, it is also thanks to the development of religious works of art that Buddhism gained influence in Japan, through silk paintings, Buddhist statuary, temple decorations (mandalas), sculpture and calligraphy.

Buddhism, state religion? No but...

Buddhism ceased to be the state religion, but nevertheless remained a means for the imperial family to retain and increase its power and influence. Empress Kôken (749-758) invited a large number of Buddhist priests to court during her reign. Even after your abdication in 758, she nevertheless continued to maintain very strong links with the clergy, especially with a priest named Dokyô, and when her cousin Nakamaro from Fujiwara took up arms against her, she managed to defeat him and to lay down the same. blow the reigning emperor, ascending to the throne as Empress Shotoku (764-770). These actions shocked both the court and the women were subsequently ousted from the line of succession. The involvement of the clergy is evident in that the Empress, to thank Heaven for her victory, had nearly a million woodcut charms made.

Subsequently, during the Heian era, the Tendai and Kukai Buddhist sects received the support of many aristocrats, notably Emperor Kammu, who was a great admirer of the Tendai current. These two currents also aimed to connect the clergy and the State, considering that the conduct of their faith required being able to influence political decisions. It was also during this period that the land holdings of the clergy grew in importance. Escaping taxes thanks to their religious status, the monasteries were also the cause of financial losses large enough to threaten the financial stability of the imperial administration.

If the Nara era and the beginning of the Heian era were the scene of a real cultural explosion, especially thanks to the invention of the modern form of Japanese writing and to Buddhism, the first flaws appeared in what seemed to be yet be the Golden Age of imperial power. Faults, which throughout the Heian era, would lead to the fall of the Empire, and the appearance of the shogunate.

The transition from the Nara era to the Heian era goes almost unnoticed, given the importance of the events that are usually the cause of era changes. The capital was once again moved in 794, from Nara to Kyôto (called at the time Heian-kyô). Built on the same plan as Nara, on a larger scale, Kyoto was a real monument to the flowering of the imperial era.

Emperor Kammu had chosen this city to strengthen the seat of imperial power: Kyoto had better access to the sea, river access, and above all, was easier to reach from the eastern provinces. By placing the seat of government there, Kammu hoped to make it a strong center of power that would extend imperial rule over the entire Archipelago. The military victories that made North East Honshu a Japanese land were a first step towards success. But the ferments for the fall of imperial authority were already present ...

The Fujiwara regency

Emperor Kammu, who seemed to lead the Empire to power, died in 806, leaving behind a powerful throne, but in disputed succession. At exactly the same time, the great noble families began to regain their power lost during the reforms of the sixth century. Farmers and independent peasants owning their own land since these reforms found it more beneficial to sell their title deeds to these families. They then worked on these lands as sharecroppers, in exchange for a fraction of the harvest. The result of this trend was that the area of ​​land controlled by the nobles was increasing rapidly. These lands formed "shoên", large plots, managed from a manor or a castle. We came a little closer to the system existing in feudal Europe, except that the peasants were not serfs linked to their land. Moreover, if the peasants could not escape the controls of their heritage and the collection of taxes, the great noble families were politically powerful enough to obtain substantial reductions in their taxes. The situation was moreover similar for monastic institutions. The monasteries also began to form shoên, and they too became an important weight in the country's economy.

Gradually, the emperors lost the absolute control they had over the administration, as the financial resources of the Empire dwindled. The Fujiwara family, one of the most powerful noble families in Japan, which had among other things immense cultivable areas in the north of the country, gradually approached the seat of power, in particular by marriages with the imperial family. During the ninth century, the Fujiwara assumed the leadership of the Imperial Cabinet, and several of them assumed the office of regent. The management of the Empire's affairs gradually came under the control of their family administration, which also managed their land assets. The Fujiwara family doubled imperial officials at all levels.

If the other clans did not have an administrative machine as sprawling as the Fujiwara, they had nevertheless developed their own administration. The beginnings of the feudal system were already in place.

The advent of the military class

As the Empire's finances collapsed, maintaining a sizable Imperial army became increasingly problematic. Gradually, the management of military matters became as much, if not more, the responsibility of the noble families as of the imperial administration. Moreover, the shoên were both the reason and the means of developing armed forces: they made it possible to pay and feed the troops, who, among other things, defended them against looters, and the incursions of the Emishi (tribes of the Northern Japan). Private militias, whether under the orders of noble families or religious orders, marked the emergence of a new social class, that of warriors (bushi), later called samurai (those who serve).

The larger families, who controlled larger lands, also had the larger armies, and therefore received military titles and the corresponding prestige of the imperial court. The Taira, Fujiwara and Minamoto clans, in particular, took center stage in the military. A tense situation set in, each of the clans distrusting the other two, but neither taking the initiative in open conflict. Finally, the balance was upset by Emperor Go-Sanjô (1068-1073). The latter, unlike many of his predecessors, succeeded in reducing the power of the Fujiwara. He established an official land registry, and as much of the Fujiwara's land had not been properly registered with the authorities after being bought back from smallholders, the Fujiwara clan lost much of their land and income. The Hogen rebellion (1156), supported by the Taira and the Minamoto, completed the dispossession of the Fujiwara of their dominant position, forcing them to withdraw to their northern strongholds. They retained their official positions, but the Emperor regained control of the administration, establishing the establishment of an imperial council made up of emperors who had abdicated. Internal divisions within the clan accelerated its fall. For the first time, a war ended the power of a large clan.

The war of Genpei 1180-1185

Shortly after the fall of the Fujiwara, relegated to the background, the weight of military might in the political arena would again be felt strongly during the first real civil war in Japanese history: the Gempei War. . This opposed the rivals Taira and Minamoto, from 1180. The warning signs of a major conflict were already present during the preceding decades. In 1160, during the Heiji revolt, the Minamoto rose for the first time against the Taira's grip on the Imperial Court, and were quickly defeated. At the time, the Taira clan dominated imperial politics thanks to a leader who went down in history: Taira no Kiyomori. Chef du clan, il a eu l'audace de prendre le contrôle de la région de l'actuelle Kobe, qui était à l'époque la plus grande route commerciale entre la Chine des Song et la capitale impériale de Kyoto. Ce faisant, il a acquis à sa famille une richesse et une influence considérable. Nommé Daijo Daijin (Ministre en chef du gouvernement, seconde autorité après celle de l'Empereur), et administrateur de l'Empire, Kiyomori était le chef de facto du pays, au point qu'il faisait et défaisait les empereurs (Nijo, Rokujo, Takaku,...).

Ce faisant, les Taira s'attirèrent la haine d'une large part de la Cour, qui jalousait leur puissance. Le frère de l'ancien Empereur Gosanjo, le prince Mochihito, lança la guerre avec l'aide du clan Minamoto, espérant renverser la domination des Taira. Ces derniers réagir à l'appel aux armes de Mochihito en déplacant la capitale à Fukuhara (Kobe), au cœur de leur fief.

Les armées des deux clans se rassemblèrent durant l'été 1180, et le premier choc eut lieu à la bataille d'Uji, une catastrophe pour les Minamoto. Le prince Mochihito fut tué, de même que le chef du clan Minamoto, Minamoto no Yorimosa, et ce malgré l'aide des moines-guerriers des monastères du Mont Hiei. Les armées Taira firent par la suite le siège de ces monastères et en détruisirent la plus grande partie. Après une seconde défaite le 14 Septembre 1180 à Ishibashiyama, les Minamoto battirent en retraite vers leur forteresse de Kamakura, sur la côte de la mer du Japon. En Février de l'année suivante, Taira no Kiyomori mourut, laissant la succession à son fils cadet. A partir du printemps 1181, la guerre se figea, alors que les deux camps, séparés par plusieurs centaines de kilomètres, et confrontés à des problèmes de ravitaillement à cause de mauvaises récoltes, refusaient l'engagement.

Finalement, après deux ans d'impasse, les troupes se remirent en mouvement durant le printemps 1183. Les Taira furent complètement écrasés par les Minamoto à Kurikara, alors qu'ils étaient mal préparés et leurs soldats mal entraînés. Peu à peu, les Taira furent piégés à Kyoto, et furent contraints de fuir vers leurs terres de l'Ouest de Honshu et de Shikoku. Malgré les conflits internes au clan Minamoto, entre Yoshinaka et son frère Yoshitsune, qui se disputaient la direction du clan, les Taira ne se remirent jamais des désastres de l'année 1183. Après le siège de Ichi no Tani et de Dan no ura, ils furent finalement vaincus à la bataille navale de Shimonoseki, dans la mer intérieure. Le clan Taira fut complètement détruit, et le Shogunat de Kamakura fut mis en place. Le chef du clan Minamoto obtint le titre de Shogun, chef militaire du Japon. Après cette guerre, les shogun allaient détenir le pouvoir effectif et réléguer les empereurs au rang de symboles pendant près de 5 siècles. Le Japon entrait dans sa période féodale, et les samouraï devinrent la classe dominante.

1185. Le clan Taira a été défait, et le clan Minamoto se trouve désormais le plus puissant de l'archipel. La toute-puissance du clan Taira et sa mainmise sur les affaires de l'Etat ne sont plus qu'un souvenir. Néanmoins, le conflit a démontré la prééminence que le pouvoir militaire avait pris sur l'autorité impériale. Longtemps considérés comme de simples serviteurs du pouvoir, les samouraï commencent à former une sorte de caste guerrière, jouant un rôle de plus en plus important. Cet état de fait est consacré par une décision impériale peu après la victoire des Minamoto: accorder à Minamoto no Yoritomo le titre de Seii Tai Shogun, lui confiant ainsi les rênes du pouvoir.

L'ère Kamakura (1185-1333)

L'ère Kamakura débuta en 1185, lorsque Minamoto no Yoritomo, premier shogun depuis des siècles, établit le siège de son gouvernement dit du bakufu (gouvernement de la tente, en référence au fait que les chefs militaires y détenaient le pouvoir) à Kamakura, à une cinquantaine de kilomètres de l'actuelle Tokyo. Comme pour tout nouveau régime, la première chose que fit Yoritomo fut de consolider sa puissance. Il créa trois ministères essentiels à la gouvernance de l'état. Le premier gérait les finances et l'administration. Le second rendait ala justice en tant de paix et organisait la levée des troupes chez les vassaux du shogun entemps de guerre. Le denier s'assurait de la bonne application des decisions du shogun.

L'autre source de pouvoir du shogunat de Kamakura venait des terres sous son contrôle. Après la défaite des Taira, de nombreuses terres dans le centre et l'Ouest du Japon passèrent sous le contrôle des Minamoto, via confisquation. Les Minamoto distribuèrent ensuite ses terres parmi ceux qui allaient devenir leur vassaux, s'assurant ainsi leur loyauté. Ce fut la naissance du système féodal, et de la caste des samouraï, composée des propriétaires terriens et de leurs vassaux ayant juré fidélité, et combattant pour leur seigneur.

Alors qu'il établissait ce nouveau système, Yoritomo se trouva contraint de lutter contre ceux qui resistaient à ces changements. Le clan Fujiwara, possédant la majeure partie des terres du Nord du Japon, etait très ancré dans les valeurs traditionnelles, . Ils considéraient considérait les Minamoto comme des arrivistes qui mettaient en danger le pouvoir impérial lui même. Par ailleurs, les Fujiwara refusaient de devoir rendre des comptes à ceux qu'ils voyaient comme des rivaux. Finalement, la situation dégénéra jusqu'à l'éclatement d'une nouvelle guerre civile, bien plus rapide que la précédente, qui se solda en 1189 par la défaite de Fujiwara no Yasuhira et la fin du pouvoir des Fujiwara, qui ne s'en relevèrent jamais.

A la mort de Yoritomo, dix ans plus tard, en 1199, le paysage politique du Japon était méconnaissable. Si la vieille cour impériale se tenaient toujours à Kyoto, les nouvelles familles de propriétaires terriens vassales des Minamoto s'étaient regroupées à la cour de Kamakura. Pour la première fois, il y avait deux véritables centres de pouvoir au Japon.

Néanmoins (je crois que l'adverbe est mal choisi, j'aurais dit "Mais"), la mort de Yoritomo est également le début de la fin pour les Minamoto. Les dissenssions internes qui s'étaient déjà manifestées durant la guerre contre les Taira reprirent avec virulence. Son fils Yoriie lui succède à la tête du clan, mais il se révèle incapable de maintenir la mainmise des Minamoto sur le shogunat. Un clan guerrier, les Hôjô, mit alors la main, dans les premières années du 13e siècle, sur le poste de Régent (Shikken), et créa les postes de Tokuso et Renshô, des titres normalement honorifiques, mais qui leur servirent à dépouiller les shogun Minamoto de leurs prérogatives. Les Hôjo étaient de facto les nouveaux maîtres du pouvoir shogunal.

Bien que la position de shogun ait été créée en l'honneur de ceux qui défendaient le pouvoir impérial, le shogun en était venu peu à peu à empiéter sur le pouvoir de l'empereur. En 1221, L'empereur Gô-Toba déclara le second régent Hojo, Yoshitoki, hors la loi, et partit en guerre contre le pouvoir shogunal. Le clan Hojo et ses alliés écrasèrent les forces impériales en moins d'un mois, exilant Gô-Toba et ses fils. Cette révolte porte le nom d'incident de Jokyû, et marque la fin du pouvoir impérial, l'empereur étant réduit à un rôle symbolique.

Fort de leur succès, les dirigeants Hojo établirent un nouvel instrument politique en 1225, le Conseil d'Etat, où siégeaient les autres seigneurs, partageant le pouvoir judiciaire et législatif. Ce partage de pouvoir ne diminuait en rien l'importance du shogun et du régent, et leur permettait de donner aux autres clans la possibilité d'exercer une partie du pouvoir, réduisant les risques de coup d'état. En 1232, un nouveau code légal fut établi: contrairement aux règles en vigueur jusque là, entièrement basée sur les théories de Confucius, ce code, le Goseibai Shikimoku, était focalisé sur la création de lois et de peines précises en fonction des crimes, et dépourvu de toute portée philosophique, tout en étant bien plus clair et plus pratique d'usage.

Pendant environ un demi-siècle, les régents Hojo conservèrent le pouvoir sans que rien ne menace de les en déposséder. Jusqu'à ce que débute en 1274 la première invasion du Japon par les armées mongoles. Depuis 1268, une nouvelle dynastie s'était établie en China, la dynastie Yuan, fondée par les mongols de Kublai Khan. Ce dernier entendait ajouter le Japon à la liste de ses vassaux, et leur envoya un ultimatum les sommant de se soumettre et de payer tribut. Ultimatum immédiatement rejeté par les régents Hojo. En 1274, une flotte de 600 navires, transportant environ 23000 mongols, chinois et coréens, équipés d'armes inconnues au Japon, telles les grenades, les fusées à combustibles,...débarquèrent dans le Nord de Kyushu. Les samouraï perdirent rapidement du terrain, peu habitués aux formations de groupe employées par les officiers mongols. Mais moins d'une journée après le débarquement, la flotte mongole fut ravagée par un typhon. Kublai Khan lança une seconde invasion en 1281, mais après un débarquement apparemment réussi et quelques semaines de combat à Kyushu, une nouvelle fois la flotte fut détruite par un typhon. Les prêtres shinto japonais appelèrent ces typhons les kamikaze, les vents divins, venus défendre le Japon contre les envahisseurs étrangers. Il est cependant probable que les typhons ne soient pas la seule cause de la défaite de Kublai. Les restes de navires retrouvés sur les lieux montrent de nombreux défauts...on estime en fait que les contructeurs navals chinois et coréens, espérant secouer le joug mongol, on construit des navires adaptés à la navigation fluviale, et non à la haute mer, encore moins à la tempête. De nombreux navires ont donc coulé là où des navires à coque plus adaptée auraient résistés.

Les invasions n'avaient pas laissé l'archipel indemne. Le coût financier de la levée des troupes et des préparations de défense avait mené à de nouvelles taxes, et la régence Hojo était de moins en moins populaire. Pour aggraver la situation, des bandes de rônin, des samouraï sans maître qui tombaient dans le brigandage pour survivre, commencèrent à semer le trouble à travers tout le pays. Pour tenter d'éviter le pire, les Hojo affaiblirent plus encore le pouvoir impérial en créant une seconde cour. La Cour du Nord et la Cour du Sud, issues de deux branches différentes de la famille impériale, étaient censées regner en alternance, ce qui aurait réduit davantage l'influence restante de l'empereur. Si cette solution fonctionna pendant quelques décennies, en 1331, l'Empereur Go-Daigo de la Cour du Sud monta sur le trône, avec la ferme intention de se débarasser des régents Hojo et du shogunat. Les Hojo affrontèrent les forces loyales à l'empereur, mais furent défaits suite à la trahison de la famille Ashikaga, menée par Takauji, qui conduisit à la dispersion puis à la débandade des forces shogunales. En 1333, l'Empereur Go-Daigo rétablit le pouvoir impérial, pour une courte période appelée Restauration Kemmu.

La Restauration Kemmu (1333-1336)

Le succès de sa révolte permet à Go-Daigo d'atteindre son principal objectif: reprendre le pouvoir au shogunat et pouvoir véritablement gouverner sans avoir à tenir compte des militaires de Kamakura. Mais la restauration Kemmu fut de courte durée, principalement à cause d'une erreur stratégique de la part de l'empereur.. Ce dernier s'était cru soutenu par une grande partie de la classe des samouraï, et par les clans et famille militaires dites "loyalistes". En fait, les samouraï et clans loyalistes ne s'étaient pas tant engagés dans la révolte en soutient à l'empereur que pour mettre fin à la domination des Hojo. Résultat, après le rétablissement de l'empereur en tant que véritable dirigeant, Go-Daigo négligea de récompenser ses alliés, qu'il pensait acquis à sa cause. En omettant de rétribuer les samouraï, il perdit leur soutien, et bientôt de nouveaux troubles secouèrent le pays.

Par ailleurs, la majeure partie la classe guerrière est mécontente de ce qu'elle voit comme de l'ingratitude, les grandes familles militaires s'inquiètent des initiatives de l'empereur, qui souhaite rétablir un pouvoir purement composé de civils. On assiste à de violents affrontements politiques, particulièrement entre le prince Morinaga, descendant de l'empereur, et Takauji, chef de clan Ashikaga, chacun essayant de placer ses fidèles à des postes stratégiques. Peu à peu, Takauji parvint à se démarquer, et à se présenter comme le leader, le représentant des samouraï. Finalement, il fait emprisonner Morinaga sous prétexte de trahison et le fit emprisonner à Kamakura en 1335. Cette année là, un évènement innattendu lui donna l'occasion dont il avait besoin. Un survivant de la régence Hojo, Tokiyuki, se révolta et parvint à reprendre temporairement le contrôle de Kamakura. Avant de devoir quitter les lieux, le gouverneur nommé par les Ashikaga ordonna l'exécution de Morinaga, de manière à faire retomber la faute sur les Hojo. Takauji demanda alors à l'empereur de lui accorder le titre de shogun pour qu'il mette fin à la révolte. Malgré le désaccord de Go-Daigo, Takauji quitta tout de même Kyoto pour Kamakura, et mit fin à la révolte Hojo. Lorsque l'empereur le somma de revenir, il répondit qu'il n'en avait aucune intention. A ce moment, il était clair que Takauji et les Ashikaga refusaient d'appliquer les ordres de l'empereur, et avaient prit la direction de la région de Kamakura, entrant en secession.

Rapidement, une armée impériale fut assemblée pour mettre à bas les Ashikaga, tandis qu'une seconde armée marchait vers Kamakura pour aider à la défendre. Le 17 Novembre 1335, le frère de Takauji envoya une série de missive à traver tout le pays, appelant tous les samouraï à venir défendre les Ashikaga contre la tyrannie de l'empereur. Au même moment, la cour impériale sommait les samouraï d'aider à vaincre les rebelles Ashikaga. Lorsque la guerre proprement dite débuta, la plus grande partie des samouraï était convaincu que Takauji Ashikaga était le leader dont ils avaient besoin pour faire valoir leurs intérêts. Largement supérieures en nombre, les forces Ashikaga défirent les armées impériales, et le 25 Février 1336, Takauji entrait dans Kyoto et mettait fin à la restauration de Kemmu.

L'ère Muromachi (1337-1573)

Après plus d'un an de débats et de dissenssions, Takauji Ashikaga est finalement nommé Shogun en 1337. Les shoguns Ashikaga maintinrent leur règne pendant près de 250 ans, jusqu'en 1573. Cette période fut nommée Muromachi, d'après le nom du quartier où se trouvait le palais des shoguns, déplacé de nouveau à Kyoto en 1378 par le troisième shogun Ashikaga. Ce rapprochement géographique avait pour but de maintenir un contrôle bien plus étroit sur la cour impériale. Si le shogunat de Kamakura n'avait jamais véritablement éradiqué le pouvoir impérial, les Ashikaga allèrent jusqu'à détruire l'idée que l'Empereur devait régner directement, de manière à rendre la position de Shogun indispensable au bon fonctionnement de l'Empire.

Sous les shogun de Kamakura, la position de gouverneur était simplement celle d'un agent qui agissait au nom du shogun, mais au début de l'ère Muromachi, elle devint synonyme de pouvoirs étendus, obtenant quasiment tous pouvoirs sur les terres qu'ils dirigeaient, ne répondant qu'au shogun. Ces seigneurs, appelés daimyôs, devinrent rapidement les personnages politiques les plus puissants de l'Empire directement après la cour shogunale.

Les Ashikaga réunifièrent également, en 1392, la Cour Impériale séparée sous la régence Hojo, autre mesure pour contrôler le pouvoir impérial plus facilement.
Finalement, c'est la montée en puissance des shoguns qui amènera le déclin des Ashikaga...au point que les daimyôs purent soutenir directement certains des candidats à la succession impériale, facilitant ainsi l'accession au trône d'empereurs favorisant leurs intérêts, en général au détriment de celui du Shogun. A partir du quatrième shogun Ashikaga, l'influence des shoguns décline lentement, de même que leur prestige.

Officiellement, les Ashikaga demeurèrent au pouvoir jusqu'en 1573, mais longtemps avant leur chute, les signes de leur décadence se firent de plus en plus visibles. La guerre d'Ônin, entre 1467 et 1477, déclenchée par une querelle de succession impériale, débutant une période de troubles jusqu'alors inconnue au Japon. Une période de guerre civile où chaque famille, chaque clan ne défendait que ses propres intérêts, plongea le pays en plein chaos.

Cette période troublée est connue sous le nom de Sengoku-jidai, l'âge des pays en guerre.

1477. Le Japon est en plein chaos. La guerre d'Ônin vient de s'achever, mais les troubles ne s'apaisent pas. La dynastie Ashikaga, qui gouverne le pays au nom de l'Empereur, sous le titre de Seishi Taishogun depuis 1337, perd de son emprise, et se révèle incapable de mettre fin aux conflits qui émergent partout dans le pays entre les dizaines de familles et de clans de la noblesse. Le Japon perd peu à peu de sa cohésion, sombrant dans l'une des périodes les plus troublées de son histoire, le Sengoku-jidai, l'ère du pays en guerre. Une époque de bouleversement et de transformations sans précédent.

Les Nanban et la poudre

Le plus important de ces bouleversements est l'arrivé dans l'archipel nippon de marins portugais détournés par une tempête, sur l'île de Tanegashima, au Sud du pays, au cours de l'année 1543. Le choc fut profond, les japonais n'avaient jamais eu de contact avec les civilisations européennes, et les échanges furent au départ très limités. Les japonais appelaient les portugais « Nanban », ce qui signifiait « barbare du Sud ».

En quelques années, les portugais se mirent à importer au Japon des produits chinois, en particulier la soie, contournant un embargo imposé par l'Empereur de Chine en représailles aux actes de pirateries des japonais. Rapidement, le commerce s'intensifia. En 1571, le port de Nagasaki servait de comptoir commercial, et l'intensité du commerce avec les portugais explosa. Peu après, en 1578, le port fut cédé à perpétuité aux jésuites, suite à l'aide portugaise pour repousser une attaque contre le daimyô du clan Sumitada.
En 1600, ce fut au tour des Hollandais d'atteindre le Japon. Leurs rivalité avec les portugais mena à une compétition féroce pour obtenir le monopole du commerce avec l'archipel du Soleil Levant.

L'arrivée des occidentaux exposa le Japon a deux changements majeurs. Le premier était d'ordre technologique. En 1543, les usages militaires de la poudre à canon étaient presque inexistants au Japon. Cette simple invention allait considérablement modifier l'équilibre des forces. Soudain, les clans ayant accès aux arquebuses portugaises étaient en mesure de tenir tête à des voisins bien plus puissants. Et l'accès à ces armes était aussi source de conflits. L'arrivée des portugais entraîna l'île méridionale de Kyushu dans un conflit féroce, jusqu'à ce que l'usage des arquebuses ne s'étende au reste de l'archipel. Elles étaient appelées tanegashima, en référence au nom de l'île où le premier contact avec les Nanban avait eu lieu. En 1560, les arquebuses étaient utilisées en masse sur les champs de bataille.

Outre les arquebuses, les occidentaux introduirent une seconde source conflit : la religion chrétienne. Six ans après le premier contact, une église était bâtie à Nagazaki. Saint François Xavier, patron de l'ordre des jésuites, entrepris de convertir les japonais. En 30 ans, plus de 130000 japonais, incluant la plupart des daimyo de Kyushu s'étaient convertis. Malgré les verrous sociaux séparant les différentes castes sociales japonaises, le christianisme se répandit dans toutes les couches de la société, des plus pauvres aux nobles. Mais certains daimyos refusèrent de remettre le bouddhisme en cause, voyant cette nouvelle religion avec suspicion, comme un outil utilisé par les Nanban pour s'infiltrer au Japon. Des conflits en résultèrent, entre les daimyos pro-chrétiens et anti-chrétiens.

Gekokujo : l'humble vainc le puissant

Les guerres claniques qui déchirent le pays sont le théâtre d'événements jusque là inédit. Les clans anciens, puissants, respectés, les chefs de clans qui selon le système social japonais sont les maîtres de leurs vassaux perdent peu à peu du terrain, au profit de nouveaux clans dynamiques, et de chefs ambitieux. L'ordre établi est brisé par les rivalités internes, et ceux qui en temps de paix n'auraient pu que se soumettre à la volonté des familles dominantes luttent à présent pour en prendre la tête. Ce phénomène est appelé Gekokujo, qui peut se traduire plus ou moins par « l'humble vainc le puissant ».

Par conséquent, la guerre dégénère très rapidement, puisqu'elle a lieu non seulement entre les clans, mais aussi à l'intérieur des clans, entre les diverses familles et branches familiales pour prendre le contrôle des autres. Dans la région d'Echigo, au Nord de Kyoto, sur la côte de la mer du Japon, les paysans et roturiers se soulèvent, suivant le mouvement religion dit Ikko-ikki, (école bouddhiste de la « Terre Pure »), et prennent leur indépendance, avec l'aide de la petite noblesse et de rônins, des samourais laissés sans mettre par la guerre.

Dans la province d'Iga (la vallée du Crâne), les villageois se libérèrent de l'emprise des seigneurs féodaux, établissant une ligue (ikki), composée des paysans, des rônins et du clergé pour se défendre contre les agresseurs extérieurs. La région était notamment célèbres pour ses clans de ninjas.
En bref, ce phénomène qui accélérait la décomposition du pays en faction rivales fournissait aussi une occasion unique de mettre fin à l'immobilisme social qui avait conduit à la décadence de la dynastie Ashikaga.

L'unification : Oda Nobunaga (1534-1582)

De cette période troublée, trois hommes ambitieux et habiles émergèrent, pour unifier à nouveau le Japon sous une seule bannière. Le premier d'entre eux pris, en 1551, la tête du clan Oda, un clan mineur de la province d'Owari, dans le centre du Japon. Il s'appelait Oda Nobunaga.

A cette époque, le clan Oda était dans une situation délicate, vassal de Shiba Yoshimune, le gouverneur de la province, et divisé en plusieurs factions. Avec le soutien de ce dernier et d'un de ses frères cadet, Oda Nobumitsu, et malgré l'opposition de Nobutomo, un autre de ses frères, qui assassina Yoshimune pour priver Nobunaga de soutien. Celui ci finit par se débarrasser de son frère et rival à Kiyosu, avant de se servir du fils de Yoshimune comme marionette pour conclure une alliance avec un puissant clan voisin, les Imagawa. Au bout de huit années de conflit et après avoir abattu un autre de ses frères, Oda Nobunaga était finalement parvenu à unifier la province d'Owari sous sa direction en 1559.

L'année suivante, il du se défendre contre une incursion des Imagawa, qui marchaient avec 25 000 hommes vers Kyoto, alors que Nobunaga n'avait pu en rassembler que 3000. Contre toute attente et l'avis de ses conseillers, Nobunaga attaque les forces Imagawa, usant de mannequins de paille et du couvert d'un orage providentiel pour semer le chaos dans les rangs de ses ennemis. Ce fut la bataille d'Okehazama, durant laquelle le général Imagawa fut tué. Les Imagawa perdirent ensuite rapidement leur position, et Nobunaga en profita pour s'allier à l'un de leurs anciens vassaux, les Mitsudaira en 1561.

Entre 1561 et 1567, il employa ses efforts à s'emparer de la province voisine de Mino, détournant les vassaux du clan Saito de leur maître avant de finalement lancer une campagne-éclair qui balaya les Saito en quelques mois. C'est après cette victoire qu'il changea son sceau personnel en « Tenka Fubu », ce qui signifie : Le monde par la force des armes.

En 1568, à la demande d'un membre de la famille Ashikaga, Nobunaga se lança à la conquête de Kyoto, boutant rapidement le clan Miyoshi hors de la ville, et faisant de Ashikaga Yoshiaki le 15e shogun Ashikaga. Presque immédiatement, Nobunaga commença à restreindre les pouvoirs du shogun, augmentant du même coup sa propre puissance, et rendant clair aux yeux des daimyo qu'il entendait employer le shogun comme une marionnette.

Ce coup d'éclat est de trop pour les rivaux de Nobunaga. Mené par les Asakura, anciens maîtres des Oda, les Asai et les Ikko-ikki se lancèrent dans une agression concertée du clan Oda , leur infligeant de lourdes pertes. Finalement, avec l'aide de leurs alliés Tokugawa (anciennement Mitsudaira), les Oda contre-attaquèrent brisant les armées Asai et Asakura à la bataille d'Anegawa. Ensuite, Nobunaga, célèbre à l'époque pour ses sympathies chrétiennes, s'en prie aux bouddhistes qui s'étaient soulevés contre lui. Il brûla le temple Enryaku-ji en 1571, et mit le siège devant la forteresse de Nagashima. Finalement, la lutte contre les bouddhistes Ikko-ikki lui coûta plusieurs milliers de soldat et deux frères, et il finit par incendier le château en 1574, mettant fin à la résistance.

Dans le même temps, alors que Nobunaga était embourbé sur son flanc Ouest, le clan Takeda saisit l'occasion de l'attaquer depuis l'Est, en commençant par envahir les terres des Tokugawa, défaits à la bataille de Mikatagahara en 1573. Les Tokugawa parvinrent à ralentir les Takeda en organisant des raids nocturnes, et après la mort du chef de clan Takeda Shingen, ces derniers battirent en retraite. Dans le même temps, les Oda achevèrent les clans Asai et Asakura.

En 1574, Nobunaga se tourna vers l'Est, et avec les Tokugawa envahit les terres du clan Takeda, réduisant l'intégralité des forces Takeda à néant lors de la bataille de Nagashino, notamment grâce à un usage inventif des arquebusiers, disposés en triple ligne de feu pour permettre un feu continu. Les Takeda ne se remettront jamais de cette défaite.

Pendant trois ans, Nobunaga consolida ses positions, mais les Mori à l'Ouest brisèrent le blocus naval du château survivant des bouddhistes à Igashiyama, aussi le futur Toyotomi Hideyoshi, lieutenant de Nobunaga, fut envoyé à l'assaut du clan Mori. Cette même année 1577, le clan Uesugi mené par Uesugi Kenshin rassembla les clans du nord pour attaquer les Oda, leur infligeant une brutale défaite à Tedorigawa. Seule la mort de Kenshin mit fin à la seconde coalition anti-Oda.

En 1582, Nobunaga contrôlait la moitié du Japon, incluant Kyoto. La conquête des Mori se poursuivait, et les clans du Nord ne pouvaient plus opposer de résistance crédible. C'est en route vers le front Ouest que Nobunaga fut victime d'un coup d'état orchestré par Mitsuhide, un de ces lieutenants. Les troupes de Mitsuhide encerclèrent le temple Honno-ji où il séjournait, tuant Nobunaga et son fils ainé, semant le doute sur la succession.

L'unification : Toyotomi Hideyoshi (1536/37-1598)

Après la mort de Nobunaga, la situation était confuse. Hashiba Hideyoshi se dressa pour mettre fin au chaos qui menaçait à nouveau. Cet ancien lieutenant de Nobunaga, fils d'ashigaru (la classe paysanne), avait commencé à servir Nobunaga en tant que porteur de sandales, un rang de serviteur très bas. A la bataille d'Okehazama, il est dit que Nobunaga le remarqua, et se prit d'intérêt pour son serviteur à l'esprit vif. En 1564, il l'envoya rallier des déserteurs du clan Saito à la cause des Oda. En 1567, la bataille d'Inabayama fut emportée grâce à l'idée de Hideyoshi d'inonder la vallée dans laquelle le château était construit. En 1573, Nobunaga le fait daimyo d'un fief dans le Nord d'Omi, et par la suite Hideyoshi continuera à servir loyalement Nobunaga, menant pour lui une guerre contre le clan Mori entre 1577 et 1582.

Lorsqu'il apprit la nouvelle de la mort de la trahison de Mitsuhide et de la mort de Nobunaga, Hideyoshi conclut immédiatement un traité de paix avec les Mori, et retourna ses troupes contre celles des traîtres à la bataille de Yamazaki. Une fois son maître vengé, il fut temps d'organiser la succession de Nobunaga, lors de la rencontre de Kiyosu. Son fils aîné étant mort avec lui, plusieurs candidats à la succession étaient en lice : Oda Nobutaka, Oda Nobukatsu, et Oda Hidenobu. Hideyoshi choisit de soutenir ce dernier, avec l'aide de deux des trois conseiller du clan Oda. Par deux victoires rapides, il se débarrassa de Shibata Katsuie, avocat de Nobutaka, et parvint à instaurer un statut quo avec les Tokugawa défendant Nobukatsu.

Une fois son candidat installé à la tête du clan Oda, Hideyoshi commença à renforcer son emprise sur ce dernier, démarrant en 1583 la construction de sa propre forteresse, le château d'Osaka. Pendant cette période de calme relatif, il fut officiellement adopté par la famille régente des Fujiwara, recevant le titre de Kampaku (« régent »), et le nom de Toyotomi.

Profitant de sa position dominante, Hideyoshi se lança à la conquête du Sud, achevant de prendre le contrôle du Sud de Honshu, et renversant la domination du clan Chokosabe sur l'île de Shikoku. En 1587, il débarqua à Kyushu et, complètement opposé à la propagation du christianisme, bannit les missionnaires de l'île. Pour éviter la formation de nouvelles ligues (ou ikki), il interdit aux paysans et aux roturiers de porter des armes, et commença ce qui fut plus tard appelé la chasse aux sabres. Une fois son emprise établie sur le Sud, Hideyoshi se tourna vers l'Est une nouvelle fois, abattant le clan Hojo, le dernier grand clan indépendant, à la bataille d'Odawara. Ensuite, il offrit leurs terres du Kanto à Tokugawa Ieyasu si ce dernier acceptait de se soumettre, ce qu'il fit. Hideyoshi devint à cet instant le maître d'un Japon unifié.

Malheureusement, ses ambitions ne s'arrêtaient pas là. A présent que le pays était sous son contrôle, il songea à envahir la Chine des Ming, en s'assurant d'abord le contrôle de la Corée (Joseon à cette époque). Lorsque les gouverneurs de Corée, vassaux de l'Empereur de Chine, refusèrent les accords de libre-passage qu'il proposait, il élabora des plans d'invasion à partir d'août 1591. En avril 1592, les troupes japonaises débarquaient sur le sol coréen, prenant Séoul sans réelle difficulté, et entreprenant la prise de contrôle des points stratégiques du pays, se divisant pour remplir cet objectif aussi rapidement que possible avant que la Chine ne réagisse. En quatre mois, ils avaient commencé à forcer une route vers la Mandchourie pour le printemps 1593. Mais une armée chinoise contre-attaqua, et repoussa les japonais jusqu'à Séoul, où la guerre s'enlisa.

Le bourbier de l'expédition coréenne déstabilisa Hideyoshi, et la naissance de son premier fils la même année entraîna une querelle de succession avec son neveu, tandis que la répression féroce du christianisme causait d'autres troubles. Une nouvelle invasion de la Corée lancée en 1598 échoua lamentablement, tandis qu'une épidémie de peste ravageait le pays, emportant Hideyoshi lui même le 18 septembre 1598. Le Japon était une fois de plus privé de chef.

L'ère Tokugawa Ieyasu (1543-1616)

Allié de longue date des Oda, Tokugawa Ieyasu en était venu aux armes contre Toyotomi Hideyoshi, qu'il ne voyait pas comme un allié mais comme un rival. Cette rivalité de Tokugawa Ieyasu et de son clan avec Hideyoshi durait depuis quen 1584, les Tokugawa avaient pris le parti de Oda Nobukatsu à la succession de Nobunaga, contre le candidat de Hideyoshi. Finalement, leur conflit s'était soldé par un statut co et des négociations, faisant du fils de Ieyasu le fils adoptif de Hideyoshi.

La situation resta bloquée tandis que Hideyoshi s'assurait la maîtrise du reste du pays, jusqu'à ce qu'il propose en 1588 l'ancien fief des Hojo, la région du Kanto, au clan Tokugawa. Ieyasu s'empressa d'accepter, et là ou Hideyoshi espérait affaiblir son rival en le transplantant dans une région qu'il ne contrôlait pas Ieyasu y à vu l'occasion d'agrandir son domaine (passant de 5 à 8 provinces). Ieyasu parvint finalement sans difficulté à s'assurer la loyauté des anciens membres du clan Hojo, et entreprit de bâtir un nouveau fief dans la ville d'Edo, attendant son heure.

Celle ci vint lorsqu'en 1598, Hideyoshi mourut après l'avoir désigné, lui et quatre autres conseillers, régent de son fils Hideyori. Pendant un an, Ieyasu conclut des alliances avec les anciens ennemis de Hideyoshi, et après la mort de Maeda Toshiie, le plus respecté des cinq régents, il marcha sur le château d'Osaka où vivait Hideyori.
Les trois autres régents s'opposèrent à lui sous la direction de Ishida Mitsunari. Deux clans se formèrent rapidement, l'armée de l'Ouest, celle des pro-Hideyoshi, et l'armée de l'Est, les alliés du clan Tokugawa.

En juin 1600, les Tokugawa se mirent en marche vers le Nord, contre le clan Uesugi, puis vers l'Ouest pour contrer l'armée marchant vers Fushimi, divisant ses forces sous le commandemant de son fils Hidetada, mais cette force secondaire pris du retard le long de la route du Tokaido, et ne fut pas présente lors de la plus grande bataille de l'histoire du Japon.

Le 21 octobre 1600, plus de 160000 s'affrontèrent dans la plaine de Sekigahara. Le combat est serré, mais les Tokugawa parviennent finalement à enfoncer le flanc droit de l'armée de l'Ouest, menant finalement à la déroute générale, éliminant d'un seul coup tous ses rivaux et prenant le contrôle du Japon. Le 24 avril 1603, une fois sa position consolidée et incontestable, il fut nommé shogun, débutant le dernier shogunat japonais qui durera plus de 250 ans...

Bibliography

- Histoire du Japon médiéval, de Pierre-François Souyri. Tempus, 2013.

- Histoire du Japon et des Japonais. Des origines à 1943, d' Edwin o. Reischauer. Points Histoire, 2014.


Video: History of China, Korea, Japan u0026 Southeast Asia. Foundations of Eastern Civilization